Comment la France s'est-elle construite ? D'où vient le nom de chaque Province ? Leurs Spécialités et leurs Traditions...

Yves Denizot fait ses recherches et travaille seul, bénévolement. Si vous appréciez l'histoire comme il vous la raconte sur nos provinces historiques de France et souhaitez participer aux frais inhérents à la création, au maintien et aux articles de ce site,

Vous pouvez le faire sur Paypal.me - Merci de votre soutien

 

Une collection est en cours d'édition chez TheBookEditions, vous pouvez (vous) offrir le livre de chaque province

"Les Provinces Historiques de France"

LE BERRY

22/04/2021

LE BERRY

Voici une province bien riche aux paysages variés et pour certains mystérieux au point d'alimenter contes et légendes... Il faut lui reconnaitre une atmosphère particulière qui lui est propre, est-ce parce que nous sommes au cœur même de la France ? 

Nous sommes effectivement au centre de la France qui se trouve très précisément à Vesdun dans le Cher.

 

Le Berry correspond aux actuels départements du Cher, l’ancien Haut Berry avec pour préfecture Bourges, l’ancienne capitale du Berry, et de l’Indre, l’ancien Bas-Berry (préfecture Châteauroux). 

 

C'est un peuple gaulois, les bituriges (bitu = monde) et (rix = roi), qui est à l'origine de ce nom.

 

Les bituriges sont aventureux, faisant commerce d'un petit vin à base de la vigne sauvage. Ils sont cultivateurs et pratiquent l'élevage.

Leurs salaisons de porc sont réputées jusqu'à Rome !

 

Leur monnaie d'échange est la cambotre du nom de l'épée que vous voyez en haut de la pièce, Le cheval est celui du Dieu Lug, le Dieu de la lumière, le plus vénéré en Gaule

 

crédit photo inumis.com

 

Leur capitale est l'Oppidum d'Avaricum que vous connaissez aujourd'hui sous le nom de Bourges !

 

L'Oppidum est une ville fortifiée située sur un site facile à défendre comme une colline pour Alesia par exemple ou un cours d'eau pour Lutèce, notre Paris d'aujourd'hui.

 

Dans ce Tome II de la collection "Les Provinces Historiques de France", l'auteur vous emmène faire un tour dans la gaule profonde à la rencontre de la mode de l'époque et de ses monnaies locales... Oui, oui, les monnaies locales existaient déjà ! ;-)

 

D'Oppidums en temples et théâtre pouvant contenir jusqu'à 20 000 personnes, vous aurez certainement soif d'un bon vin !

 

Voici à ce sujet une petite anecdote bien savoureuse :

Le Pape trouvant que les moines boivent trop (normal, ils cultivent les meilleurs crus), ne leur permet qu’un verre par jour. 

L’astucieux Dom Pérignon qui aimait les bulles se fait faire un verre d’un litre ! 😉

 

Mais revenons à notre Berry et son blason

 

crédit photo wikipédia

 

Le blason représente les armes royales de France avec une brisure par la bordure engrêlée de rouge. Ce sont les armoiries du Duc Jean de Berry, frère du Roi Charles V, qui avait reçu le Berry en apanage.

l'apanage est un ensemble de terres accordées aux princes ne pouvant accéder à la couronne. Ils en avaient la jouissance jusqu'au dernier héritier mâle, après quoi les terres revenaient de droit à la couronne...

 

Au château de Chantilly est conservé l'un des plus célèbres manuscrits enluminés au monde relatant "Les Belles Heures" du Duc de Berry où chaque mois de l'année est représenté.

Cette commande de Jean de France - Duc de Berry - aux frères de Limbourg contient 172 miniatures ! Il aura fallu 3 ans pour achever cet ouvrage absolument magnifique.

Vous retrouverez dans le livre sur la Province du Berry la représentation des 12mois de l'année et leur signification.

 

 crédit photo pinterest

 

LE RATTACHEMENT AU DOMAINE ROYAL

 

En 1101, Eudes Arpin, à la tête de la plus importante vicomté de la région : Bourges part en croisades pour noyer son chagrin suite à la mort de sa tendre et chère Mathilde.

Seulement, les croisades coûtent cher aussi vendra-t-il sa vicomté au roi de France Philippe 1er.

 

A peine arrivé en Palestine pour créer un royaume à Jérusalem (rien que ça...), il est fait prisonnier.

C’est l’Empereur de Byzance qui se charge de négocier une rançon avec le Calife de Bagdad et l'argent reçu du roi sert à la payer !

 

Libre mais... ruiné, il s'arrêtera à Rome pour donner au Pape Pascal II des renseignements sur le Moyen Orient qui lui conseillera alors de se rendre à l'abbaye de Cluny qui est le plus grand monastère d'Europe.

 

Sous Philippe Auguste seront rattachées au Berry les seigneuries de Déols et Issoudun.

 

Maintenant, voyons un peu du côté des SPÉCIALITÉS DU BERRY

 

Le Berry est l'un des plus vieux territoires agricoles et en fait l'un des plus riches en matière de gastronomie : le pâté berrichon, la galette aux pommes de terre, les œufs en couille d’âne, les beugnons, la soupe aux orties, le poirat, les daguenettes, mais aussi les fromages comme le crottin de chavignol, le pouligny saint pierre, le selles sur cher ou le valençay.

 

Ses vins sont légers et agréables à boire : le Sancerre, le plus connu, mais aussi le Menetou-Salon (à boire avec un brochet de la Loire), le Quincy, le Reuilly, sans oublier le gris de Châteaumeillant que l’on déguste lors du printemps de Bourges.

 

Mais vous connaissez peut-être moins SON WHISKY que l'on doit à la guerre de cent ans qui verra naitre "l'auld alliance " conclue par le roi Charles VII et les écossais venus à la rescousse. Vous ne pourrez acheter ce nectar que sur sa commune d'Aubigny

 

      

crédit photo article dans le Berry Républicain de Sabrina Vernade

 

Et puis, il serait impensable de ne pas vous parler des célèbres "lentilles vertes du Berry" qui ont leur propre reine que nous avons saluée à Vatan (vas-t-en rester, sourire !)

 

 

 

 

 

 

crédit photo paniersaintjoseph.com

 

Si vous voulez rencontrer la 27ème tête couronnée des jeunes filles titrées Miss lentilles vertes du Berry, vous devrez attendre les 11 et 12 septembre 2021 sur le thème « Commerces et artisanat des années 1900 ».

 

Une autre fête réputée est le championnat du monde de tonte des moutons et a eu lieu en France en 2019. Fort à parier qu'il y avait parmi les tondus "le berrichon de l'Indre", mouton rustique, sobre et bon marcheur dont la race est sauvée grâce des éleveurs passionnés comme Bruno Malou :

De 526 866 têtes en 1898 (à l’époque, compter les moutons demandait toute la nuit…), la race ovine berrichonne n’en a plus que 240 000 en 1935, moins de 10 000 aujourd’hui.

 

Le drapier le plus célèbre de Châteauroux fut Marcel Boussac qui y est né en 1889.

 

LA CHAMPAGNE BERRICHONNE

 

De Bourges à Châteauroux en passant par Issoudun.
La Champagne berrichonne est un vaste plateau calcaire aux ondulations tendues, un pays de plaine ouverte traversé par le Cher et l’Indre.

 

Il est délimité par les pays boisés qui l’entourent : Sancerrois, Boischaut Nord, Boischaut Sud et Brenne où nous allons faire un tour…

 

BOURGES est une belle ville reposante où l'on se sent chez soi avec un joyau d'architecture : la cathédrale où il sera bon de vous arrêter pour admirer ses magnifiques vitraux offerts par les corporations des bouchers, des tanneurs, des tonneliers, des tailleurs de pierre, des maçons, des fontainiers etc…

 

Admirez aussi son horloge astronomique où il ne manque que... l'horoscope du jour ;-) et passez voir le palais du génie de la finance Jacques Cœur.

 

Vous êtes fatigués ? Arrêtez-vous déjeuner chez "Bonjour Marcel", place des quatre piliers (de bar ?)

 

Et participez au moins une fois dans votre vie au "Printemps de Bourges", festival de musique en France fondé du 6 au 10 avril 1977 qui, cette année 2021 devrait avoir lieu du 22 au 27 juin (à vérifier selon les décisions gouvernementales...)

 

YSSOUDUN ET DEOLS sont voisines et vivent chacune de grandes perturbations :

 

Nous sommes en pleine querelle entre les rois de France et la famille Plantagenêt ducs d’Anjou, de Normandie, d’Aquitaine et rois d’Angleterre. 

La seigneurie souveraine d’Yssoudun est ballottée entre les deux : française en 1189, elle devient anglaise en 1195, Philippe Auguste la récupère en 1200.

 

Il faut reconnaitre à nos rois de France leur ténacité car il faudra encore 500ans pour conquérir d'autres territoires et arriver à la configuration actuelle de notre pays.

 

Déols, entre son miracle et ce qu'il est convenu d'appeler "l'affaire Denise Déols" est le théâtre de bien des querelles et "coucheries"...

 

LE MIRACLE :

Jacques des Gachons dans son livre sur le Berry raconte :

« Un des cottereaux (= mercenaire) du roi Richard, qui jouait aux dés devant une des chapelles, furieux de perdre, lança une pierre contre la statue de la Vierge sculptée au tympan d’un portail, et cassa un bras de l’enfant Jésus. Du sang jaillit de la pierre et le misérable mourut dans la journée… »

 

depuis Notre Dame de Déols fait l'objet d'une grande dévotion

 

L'AFFAIRE DENISE DEOLS :

Les protagonistes :

Henri II Plantagenêt duc d’Anjou, devient roi d’Angleterre et duc de Normandie par mariage avec Mathilde, la petite fille de Guillaume le Conquérant, puis devenu veuf, duc d’Aquitaine par mariage avec Aliénor d’Aquitaine.

 

Beaudoin de Reviers (Normandie), devenu comte du Devon (Angleterre), premier mari de Denise.
Aliénor d’Aquitaine, devenue reine de France par mariage avec le roi de France Louis VII le Jeune, puis reine d’Angleterre après son divorce et son mariage avec Henri II.

 

    André de Chauvigny neveu d’Aliénor d’Aquitaine deuxième mari de Denise devenue veuve.

 

    Richard Cœur de Lion roi d’Angleterre, fils d’Henri II et d’Aliénor.

 

Philippe Auguste roi de France, fils de Louis VII et de sa deuxième femme Adèle de Champagne 

 

Jean-sans-Terre, troisième fils d’Henri II et d’Aliénor, frère de Richard.

 

Ce qui vous donne déjà un aperçu de la complexité de l'histoire... pour la faire un peu plus courte (la version longue est sur le livre)

 

Henri II Plantagenêt prend en charge Denise, 3ans, la fille de Raoul VI, baron de Châteauroux [cité drapière] et Seigneur de Déols, décédé au retour de la Terre Sainte et la marie très jeune à un normand Beaudouin de Reviers devenu comte du Devon (en anglais Baldwin of Redvers).

 

Elle devient veuve à 16 ans.

 

Aliénor d’Aquitaine la remarie avec son neveu André de Chauvigny.

Le mariage est célébré en Angleterre à la cathédrale de Salisbury.

André part à la croisade avec le roi Richard Cœur de Lion. 

Pendant ce temps, Philippe Auguste en accord avec le frère de Richard,

Jean sans Terre, récupère la seigneurie de Déols.

 

De retour de croisade, André de Chauvigny passe du camp anglais au camp français

et rend hommage au roi de France pour conserver ses terres.

Lors de la guerre pour la succession de la couronne d’Angleterre,

il soutient Arthur le duc de Bretagne contre Jean sans Terre. 
Fait prisonnier, il meurt en captivité à Rouen. 

 

Le titre de seigneur de Déols étant vacant, il revient tout naturellement au roi de France. 

C’est ainsi que Déols est devenue française…

 

 

 

LE SANCERROIS, qui s’étale sur la rive gauche de la Loire présente un paysage de collines plantées de vignobles.

Sancerre est célèbre pour son vin blanc. 
Les romains appréciaient déjà ce vin gaulois du bord de Loire produit avec un cépage du coin : la biturica.

Bu avec un crottin de Chavignol (village proche de Sancerre), de quoi régaler plus d'un gourmet !

 

Savez-vous pourquoi il s'appelle crottin ?

Rien à voir avec le cheval mais ce mot vient de CROT, mot berrichon pour désigner un moule fait de terre argileuse servant au fromage.

 

LE BOISCHAUT NORD est un vaste plateau formé par des dépôts crayeux marins, recouvert d’argile à silex et de tuffeau.

Le tuffeau est une pierre de taille tendre de couleur blanche faite de craie sableuse à grain fin contenant quelques paillettes de mica blanc. 

Le tuffeau a servi à construire les châteaux de la Loire. 

 

Autre spécialité du coin, Le Valençay, fromage dont la tête pyramidale aurait été coupée par Napoléon, en colère contre Talleyrand, propriétaire du château de Valençay... à qui il aura lancé ces mots :

"Vous êtes de la merde dans un bas de soie"

 

LE BOISCHAUT SUD est le pays des bouchures (haies d'arbres qui délimitent les prés)

belle région où se déroule, au mystérieux château de la Lande, la fête étrange et poétique du célèbre roman d'Alain Fournier "Le Grand Meaulnes", œuvre littéraire la plus traduite et lue dans le monde avec le Petit Prince...

 

 

 

LA BRENNE se trouve au sud-ouest du Berry où l'on retrouve des fossiles : il y a 200 millions d'années, la mer recouvre la région... imaginez !

On y retrouve des crinoïdes, des brachiopodes, des ammonites : tous ces coquillages ou "lys de mer" que l'on trouve encore dans nos mers (coquille Saint Jacques, calamars...)

 

La Brenne est le pays des feux follets, des étangs, des marais et des petits chemins... qui sentent bon la noisette.

Les feux follets ne seraient, d'après nos scientifiques, que des champignons phosphorescents mais s'il vous plait d'adopter les anciennes croyances qui voient dans ces petites flammes dansantes l'errance d'âmes égarées, ne privez pas votre imagination d'un tel plaisir car en Berry, vous allez le voir, il y a de quoi l'alimenter !

 

Côté TRADITIONS, le Berry est tout aussi riche que surprenant avec l'une de ses figures emblématiques qu'est Georges Sand, femme amoureuse au caractère bien trempé portant pantalon et fumant comme un homme !

Cependant, une âme sensible telle que le révèlent ses romans dont la célèbre "Mare au Diable" en hommage à Chopin et son attachement à valoriser "les bouseux du coin" c'est à dire le monde paysan.

 

On dira d'elle qu'elle voit "le beau dans le simple".

 

Elle chante en patois les joies de l'enfance, de l'amour et du travail de la terre. Ce patois à la limite des langes d'Oc et d'Oil est une langue savoureuse à écouter :

 

       

Petite histoire sur les automobiles en patois berrichon

                     par Pierre SAUGER

 

C'est le moment je crois de vous plonger dans le Berry des CONTES, LÉGENDES OU SUPERSTITIONS

entendez-vous ces ricanements ?

 

Le Berry est un territoire rempli de mystères et de légendes mais comme on dit « n’y a-t-il point de fumée sans feu ? »

 

Revenons sur la Mare au Diable qui se déroule au bois de Chanteloube, près de Mers sur Indre :

 

Germain, la mort dans l’âme depuis le décès de sa femme, s’en va chercher une nouvelle mère pour ses enfants auprès d’une veuve du coin.
De son côté, Marie, quitte sa mère, en larmes, pour se louer comme bergère loin, à la ferme des Ormeaux d’où elle s’enfuira pour ne pas subir les outrages du maître des lieux… 

Est-ce le cœur chagriné de ces deux-là qui les fera se rencontrer en se perdant dans le bois de Chanteloube ?

 

Il vous faudra lire le livre pour découvrir toute l'histoire...

 

Dans un autre de ces romans « les légendes rustiques », Georges Sand parle des Pierres-Sottes ou Pierres-Caillasses qui apparaissent et disparaissent, des Lavandières ou Laveuses-de-Nuit condamnées à battre leur linge éternellement pour avoir tué leur enfant.

 

La Peillerouse ou Mendiante-de-Nuit, la Hure, cet animal affreux qui grimpe aux murs et qu’on ne peut regarder sans en mourir de peur et la « Grand Bête », avez-vous entendu parler d’elle ?

 

La Chasse-à-Ribaud qui vous passe juste au-dessus de la tête mais vous ne voyez rien. Vous entendez un concert de voix de chiens mais sur-tout, surtout, celle d’un gros dogue qui vient couvrir les autres à intervalles réguliers. 

 

Et Garguantua, bien antérieur au héros de Rabelais qui l’a certainement emprunté aux croyances de la Saintonge, du Poitou et du Bas-Berry, il a laissé ses empruntes dans bien des villages :

Une petite éminence qui se dresse, isolée, dans la plaine de Montlevic serait la boue qui tombât de son sabot.

Le Pied-de-Bourges, près de Clion est l’empreinte de son enjambée venant de la capitale du Berry…
Sur les bords de la Creuse, il avala un bateau chargé de moines mais que dire lorsqu’aux environs d’Issoudun, il absorba sa nourrice en voulant la téter !

 

C’est le pays des loups-garous, des « Meneux-de-Loups » et des sorts, d’ailleurs les Brenous (les habitants de la Brenne) connaissent bien ce dicton : 


"Paulnay, Saulnay, Rosnay, Villiers,
Quatre paroisses de sorciers."

 

Sorciers et sorcières appelées Les Birettes que l'on fête chaque premier samedi du mois d'août à Bué au Creux de Marloup

Les fées, quant à elles, ont semé un peu partout menhirs et dolmens car au chant du coq, leur tablier de gaze se déchirait et la pierre tombait... avant qu'elles aient pu terminer leur tâche.

Et l'une d'elles surveillerait un trésor fait d'or et de pierres précieuses dont la pierre se déplace et découvre l'entrée du caveau chaque dimanche des rameaux.

Pour y entrer, vous devez vous rendre à Saint-Georges-sur-Moulon mais attention...

 

 

De savoureuses histoires vous attendent dans le livre du Berry, faites-vous ce cadeau ou offrez-le !

 

 

L'Orléanais COMMENT LA GAULE EST-ELLE DEVENUE FRANCE ?